Le mot du président

ENSEMBLE METTONS FIN AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES !   Rachid EL MAHDI le Président

«Nos actions permettent d’orienter et d’accompagner les riverains dans leurs démarches administratives et institutionnelles, ainsi que prévenir et aider à la résolution des conflits de la vie quotidienne par la médiation et le dialogue, cela grâce à des missions plus cadrées, une meilleure articulation avec les autres partenaires (les autorités, travailleurs sociaux, etc.), et la mise en place progressive de formations spécialisées.» " "Tel que" la formation de la Médiation et gestion des conflits.

Nos Partenaires 
yes

Bruno Piriou, Maire de Corbeil-Essonnes,

https://www.cget.gouv.fr/

Catégories

Equipes

 

 

Publié par R. Elm

Titres de séjour : «La dématérialisation a plongé beaucoup d’étrangers dans la précarité»

Rachid El Mahdi, médiateur à Corbeil-Essonnes, a écrit au préfet de l’Essonne pour dénoncer les conditions de renouvellement ou de demande de titres de séjour.

 

Corbeil-Essonnes, le 2 février 2021. Rachid El Mahdi a écrit au préfet pour dénoncer la dématérialisation des démarches administratives et un manque d’accompagnement. LP/Sébastien Morelli

Corbeil-Essonnes, le 2 février 2021. Rachid El Mahdi a écrit au préfet pour dénoncer la dématérialisation des démarches administratives et un manque d’accompagnement. LP/Sébastien Morelli

Corbeil-Essonnes, le 2 février 2021. Rachid El Mahdi a écrit au préfet pour dénoncer la dématérialisation des démarches administratives et un manque d’accompagnement. LP/Sébastien Morelli
Par Sébastien Morelli 


La fracture numérique est en train de faire des dégâts parmi les plus fragiles. Une fracture qui s'élargit avec la numérisation des démarches administratives, un cauchemar pour certains.
C'est le cas pour Kentache Benchick. En France depuis 1955, il doit renouveler sa carte de séjour. Pour cela, il doit aller sur Internet pour constituer son dossier, scanner les documents, suivre le tout par mail. Mais cet homme de 82 ans vit dans un foyer Adoma et n'a pas d'accès à un ordinateur ni à une connexion Internet. Malentendant, il parle mal français. Seul, il est incapable de faire sa demande.


LIRE AUSSI > Titres de séjour des étrangers : la justice délivre un carton jaune aux préfectures
« La préfecture n'accepte plus les dossiers papier. Tout doit être fait sur Internet. Mais pour ceux qui ne savent pas lire ou écrire, qui ne parlent pas bien français, ou n'ont pas de matériel informatique ni connexion Internet, c'est très compliqué », alerte Rachid El Mahdi, médiateur au point relais des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), de l'association Initiative développement humain.
Ce dernier, qui aide les plus démunis à faire leurs démarches administratives, voit débarquer de plus en plus de personnes qui n'y arrivent plus. « Rien que ce mois-ci, j'ai eu 30 demandes pour des cartes de séjour. Il n'y a pas assez de personnes pour accompagner ces gens. Et sans aide, ils perdent tout. Allocations, chômage, RSA… alors qu'ils y ont droit. »
«Je suis fatiguée, je ne sais pas comment vivre»
Il a écrit au préfet pour l'alerter sur ces difficultés. Notamment pour tous ceux qui font une demande de titre de séjour. « Cette procédure dématérialisée a plongé beaucoup d'étrangers dans la précarité. […] L'administration invoque un principe de simplification et nous le comprenons tous, néanmoins pour beaucoup de personnes cette fracture numérique constitue un véritable obstacle à la reconnaissance de leurs droits. […] Les plus démunis, les moins instruits, les plus isolés se voient alors exclus de leur qualité de citoyen à part entière », écrit-il.
« Avant, c'était humain, on allait à la préfecture, il y avait un accompagnement. Maintenant, si vous y allez, on vous donne un flyer qui vous renvoie sur le site Internet. Pareil au téléphone », regrette le médiateur.
Ama Fiati se retrouve ainsi dans une situation très compliquée. En France depuis 2008, sa carte devait être renouvelée en 2019. Mais entre-temps, elle a déménagé des Pays de la Loire en Essonne. « Je n'ai plus de carte depuis le confinement, tout est bloqué, soupire-t-elle. Je n'ai plus de revenu. Pole emploi m'a rayé des listes et je ne peux faire de demande de RSA sans titre de séjour. »

Newsletter L'essentiel du 91
Un tour de l'actualité de l'Essonne et de l’Île-de-France
Toutes les newsletters


Pour elle, manger et dormir passe par la Croix-Rouge, les Restos du Cœur et le Secours catholique. « Je suis venue à Corbeil pour aider ma sœur qui était souffrante. Elle est décédée. Parfois, je dors aux urgences de l'hôpital, chez un ami… Je suis fatiguée, je ne sais pas comment vivre », explique-t-elle.
Un point d'accueil numérique en test depuis le 6 janvier
« J'ai commencé à faire les démarches pour elle. Mais depuis six mois, ça bloque, soupire Rachid El Mahdi. Il y a un problème de transfert de son dossier entre les deux départements. Même moi, je ne sais plus quoi faire. Et en attendant, elle n'a aucun droit. »
Autre cas, celui d'Omar, qui fait sa première demande de titre de séjour. « Son dossier est prêt, assure Rachid El Mahdi. Il travaille depuis trois ans, il a des fiches de paye, un contrat de travail, a fait des déclarations aux impôts. Mais il est impossible d'obtenir un rendez-vous. Ça fait huit mois que j'ai toujours le même message sur l'ordinateur ! »
« La crise sanitaire a accéléré le développement des téléprocédures dédiées aux usagers étrangers afin de répondre à un double objectif : permettre le dépôt de certaines demandes de titre de séjour et réduire le nombre de passage des usagers en préfecture », répond la préfecture où, effectivement, d'interminables queues se formaient plusieurs heures avant l'ouverture des bureaux.


Le 6 janvier, un point d'accueil numérique a été mis en place à titre expérimental à la préfecture d'Evry-Courcouronnes. Il comprend un ordinateur, le moyen de scanner des documents et d'imprimer des justificatifs et la possibilité de vous faire accompagner par un médiateur numérique. Pour les étrangers, il est ouvert tous les jours de 13 heures à 16 heures.
Insuffisant pour Rachid El Mahdi : « Il faudrait mettre entre quatre et dix personnes compétentes dans tous les quartiers pour accompagner ces personnes et résoudre le problème », estime-t-il.
Une motion de la mairie de Corbeil-Essonnes
Lors de son dernier conseil municipal le 8 février, la mairie de Corbeil-Essonnes a adopté une motion où les élus s’inquiètent de l’accueil au service des étrangers de la préfecture : « On constate dorénavant une prise de rendez-vous difficile sur Internet, avec un délai d’attente excessivement long ». Dans cette motion, les élus demandent à la préfecture « d’améliorer le système de prise de rendez-vous »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article